top of page
Search

Netropolitan, le nouveau réseau antisocial

Voici un réseau où il y a peu de chance de vous y voir inscrit, à moins que vous n’ayez 9 000 dollars à dépenser la première année, puis 3 000 dollars pour chacune des années suivantes. C’est le ticket d’entrée pour appartenir au cercle fermé du netropolitain.info, un réseau spécialement conçu pour les riches. Son fondateur, James Peters Touchi, ancien chef d’orchestre de l’orchestre philharmonique du Minnesota, justifie ses cotisations prohibitives par la sélection du public visé, mais aussi par la haute sécurité des données. Réservé à un public aisé de 21 ans et plus, netropolitan, exclusivement en anglais, s’interdit de polluer ses espaces par la publicité et promet à ses adhérents la garantie de leur intimité. Grâce à un cryptage des données, celles-ci ne pourraient pas être répertoriées par les moteurs de recherche.

Résolument à l’antithèse des réseaux sociaux grand public comme Facebook ou Twitter, ce club select se positionne finalement comme un réseau antisocial où l’on ne se mélange pas avec n’importe qui. Une centaine d’adhérents semble déjà acquise, mais cette expérience n’est pas vraiment inédite. D’autres réseaux fermés destinés aux riches sont déjà en ligne depuis 2004 comme aSmallworld.net, Affluence.org né en 2008, eleqt.com en 2012 ou encore Best of All Worlds lancé par Erik Wachtmeister, l’entrepreneur suédois à l’origine du réseau aSmallworld.net. Ces différents réseaux visant les people et millionnaires fonctionnent souvent par parrainage et comptent quelques milliers d’adhérents dans le monde. Pour se distinguer, netropolitan a mis la barre haute en étant le seul réseau à demander un ticket d’entrée de plusieurs milliers de dollars.

bottom of page