top of page
Search

Les français à la reconquête de leur drapeau


Longtemps pris en otage par le Front National, le drapeau français vient de recouvrir sa liberté. Une sorte de révolution tricolore qui a pris le pas sur l’emblème nationaliste du FN, conséquence de l’après attentats de Paris.

Jusque là en proie à une certaine désaffection dans la société française, selon l’historien Jean Garrigues, le drapeau français opère un retour en grâce depuis les attentats qui ont endeuillé Paris le 13 novembre. Sa reconquête a commencé au lendemain des attentats, sur Facebook, avec l’application permettant de colorer sa photo de profil pour rendre hommage aux victimes et marquer la solidarité de tous les français. C’est aussi le symbole qui semblait le plus naturel pour les autres pays du monde pour marquer leur affection et leur amour pour la France en ces moments douloureux. Du World Trade Center à New York jusqu’au Christ Rédempteur de Rio de Janeiro, le bleu blanc rouge a coloré les monuments du monde entier. La tour Eiffel n’était pas en reste. Elle a brillé pendant les 3 jours de deuil avec ses belles couleurs françaises, comme pour remercier, à son tour, tous ces monuments du monde qui lui ont témoigné leur sympathie.

Pourtant, le drapeau français n’a pas toujours joui d’une connotation si positive. En cause, son interprétation traditionnellement plus nationaliste et sécuritaire, explique Jean Garrigues. "C’est vrai qu’au cours de notre Histoire, il a été associé à une France militaire, ultranationaliste - ça a été récupéré par les nationalistes à la veille de la Première guerre mondiale, puis dans l’entre-deux-guerres, et encore aujourd’hui on voit bien l’utilisation que peut en faire le Front national", détaille-t-il.

Alors que cet emblème national avait longtemps été délaissé par la gauche, le président de la République, François Hollande, a appelé les Français à "pavoiser" leur domicile pour participer à l'hommage solennel rendu aux victimes ce vendredi 27 novembre. Il n’en fallait pas plus pour que les français achèvent la reconquête de leur drapeau, comme une sorte de révolution tricolore. D’ordinaire cantonné aux frontons des mairies et bâtiments officiels et plutôt réservé aux fans de foot, le drapeau tricolore s’arrache désormais. Ses ventes ont plus que doublé après les attaques qui ont fait 130 morts, selon l'entreprise Doublet, leader européen de la fabrication de drapeaux, implantée dans le Nord.

bottom of page