top of page
Search

Bernard Tapie, le contrepied de ce qui a été dit sur lui


Business Story Magazine a consacré la couverture de son édition du mois d'octobre à Bernard Tapie. Le dossier revient largement sur l'acharnement politico-médiatique dont l'homme d'affaires a été victime pour reprendre, point par point, les contre-arguments de ses différents négateurs.


Pour Business Story Magazine, s’il était né aux États-Unis, Bernard Tapie aurait été aussi adulé qu’un Elon Musk, un Steve Jobs ou un Jeff Bezos. Mais en France, la rançon du succès n’a pas la même saveur. Quitter sa banlieue pour aller jouer dans la cour des grands est un acte qui force l’admiration chez ses semblables, mais qui nourrit également de la haine chez tous ceux qui se sentent rattrapés sur les marches comme s’ils craignaient d’être violés dans leur tour d’ivoire. Sa gouaille banlieusarde ne l’avait jamais quitté, même au sommet de sa gloire et de sa fortune. C’est ce qui l’avait certainement rendu populaire pour les uns et dérangeant pour les autres. Mais c’est aussi ce qui lui avait permis d’affronter des requins de la finance et des affaires pour emporter plusieurs combats. Tous ceux qui nourrissaient une admiration pour cet homme vous diront que sa plus grande erreur a été de fouler les terres marécageuses du pouvoir politique. Le plus impitoyable des univers dont la seule valeur est de ne pas en avoir. Comme l’a si bien rapporté Franz-Olivier Giesbert, dit FOG, Bernard Tapie, dit BT, aura fait les frais de la dure loi des « 3L » qui règne dans le milieu politique, « Lèche, Lâche, Lynche ». Tout le contraire des valeurs de l’entrepreneuriat moderne. Pas étonnant que l’homme ait été malmené dans ce monde qu’il n’aurait peut-être jamais dû explorer. Mais que voulez-vous ? Il était comme ça ! Il ne s’était toujours fié qu’à ses propres expériences.


Les dessous des imbroglios médiatiques


Adidas, le Crédit Lyonnais et même le match prétendument truqué entre l’OM et Valenciennes, tout cela n’est qu’une pièce de théâtre en plusieurs actes ! Une machination savamment orchestrée par des adversaires de tous bords. Leur stratégie était simple : préparer l’opinion publique pour engager un procès médiatique dans le but de faciliter le lynchage judiciaire programmé pour achever la bête. Le pire dans l’histoire est que plusieurs médias en quête d’audience avaient relayé les « infox » sans procéder à la moindre investigation contradictoire. Pour eux, les sensations liées au sujet tombaient à point nommé. Certes, BT avait le chic de se faire plus d’ennemis que d’amis à tel point qu’il ne se rendait pas compte, qu’à un moment donné, il s’était mis sur le dos toutes les puissances qui composaient les arcanes du pouvoir : les puissances étatiques, les politiciens de gauche comme de droite, les médias et magistrats sous influence et, pour couronner le tout, des banquiers à qui il avait eu le malheur de confier les clés de son coffre.


Article complet disponible dans le N° 3 de Business Story Magazine du mois d'octobre 2021.



Comments


bottom of page