top of page
Search

Claude Brasseur, une belle âme pour notre nostalgie


Lorsqu’on lui a demandé dans une interview ce qu’il souhaitait laisser comme trace après son départ, il avait répondu « que je puisse faire partie d’une génération qui inspire la nostalgie ». On peut dire que son vœu s’est réalisé.


Claude Brasseur, l’artiste à la voix rauque et au ton juste, nous a quitté le mardi 22 décembre 2020, pour rejoindre ses acolytes, notamment ceux avec qui il avait fait les 400 coups dans « Un éléphant, ça trompe énormément ». Jean Rochefort, Guy Bedos qui nous a quitté également cette année et Victor Lanoux. Ceux-là même avec qui il a partagé l’affiche du célèbre film d’Yves Robert, « Nous irons tous au paradis ». Pour sûr qu’ils doivent y être ensemble, ne serait-ce que pour le bien et le plaisir qu’ils nous ont procuré à travers leur talent de comédiens.


L’acteur, extrêmement talentueux depuis « La Boum » jusqu’à la série « Camping » qui a diverti des millions de fans, s’est éteint sereinement à l’âge de 84 ans, entouré des siens. Si sa perte a suscité beaucoup d’émotion et une pluie d’hommages, c’est parce qu’il fait partie des artistes français les plus populaires et les plus attachants. L’hommage exprimé sur twitter par Pierre Richard, autre comédien de cette belle génération, résume l’effet produit par ce comédien hors-pair qui faisait quasiment partie de notre quotidien, « Je n'ai jamais eu la joie de jouer avec Claude Brasseur. Juste joué une partie de tennis à Rome avec lui et Ugo Tognazzi. On a passé trois jours ensemble, assez pour l'adorer pour toujours… ».


bottom of page