top of page
Search

Joséphine Baker, une icône historique au Panthéon


Première femme noire à rejoindre le temple de la République, Joséphine Baker devient la sixième femme sacrée au panthéon ce 30 novembre 2021. Cette date ne doit rien au hasard. Elle a été soigneusement choisie par le Président Macron pour marquer l’anniversaire du jour où l’artiste américaine est devenue française.

Née le 3 juin au Missouri, Freda Joséphine McDonald a vécu une enfance douloureuse dans une ville marquée par les ségrégations raciales. Ce sera le départ d’un combat permanent pour la vie. Elle lutte contre le racisme, pour la liberté, pour l’égalité, pour l’amour, pour ses enfants et pour la France, qui l’a accueillie lorsqu’elle a fui l’Amérique ségrégationniste.


Vedette du music-hall et icône es Années folles, Joséphine Baker devient française en 1937, après son mariage avec Jean Lion. Elle joue pendant la Seconde Guerre mondiale un rôle important dans la résistance à l’occupant. Elle utilise ensuite sa grande popularité au service de la lutte contre le racisme et pour l’émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le mouvement américain des droits civiques.


Brian Bouillon-Baker, l’un des 12 enfants de la chanteuse, danseuse, meneuse de revue et actrice, a résumé la vie de l’artiste ainsi ; « Ma mère était une idéaliste qui voulait prouver que la fraternité universelle n'était pas une utopie ». Joséphine et Jo Bouillon avaient ce même idéal de fonder un « village du monde, capitale de la fraternité universelle » afin de montrer au monde entier que des enfants de nationalités et de religions différentes pouvaient vivre ensemble dans la paix. C’est ainsi qu’ils ont adopté 12 enfants d’origine et culture différentes venant du Japon, de Colombie, de Finlande, de France, d’Algérie, du Maroc, de Côte-d'Ivoire ou encore du Venezuela. Une fratrie composée de deux filles et de dix garçons qu'elle surnomme sa « tribu arc-en-ciel » et qu'elle installa dans le château des Milandes en Dordogne.


Joséphine et Jo ont adopté 12 enfants d’origine et culture différentes venant du Japon, de Colombie, de Finlande, de France, d’Algérie, du Maroc, de Côte-d'Ivoire et du Venezuela pour constituer leur "tribu arc-en-ciel" au château des Milandes en Dordogne.

« Elle est l'incarnation de l'esprit français », a proclamé le chef de l'État en annonçant le 23 août son entrée au Panthéon. Le lancement de la cérémonie officielle sera annoncé par l’une des plus célèbres chansons de Joséphine Baker, « Me revoilà Paris ». « J'ai deux amours, Paris et mon pays », sa chanson la plus connue, sera également jouée par la Musique de l'armée de l'air à l'arrivée du cercueil au Panthéon. La dépouille de Joséphine Baker ne sera pas dans le cercueil, puisque sa famille a décidé de la laisser reposer dans le cimetière marin de Monaco, proche de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie. C'est donc un cénotaphe, tombeau ne contenant pas le corps, qui sera installé dans le caveau 13 de la crypte. Symboliquement, ce cénotaphe a été rempli de poignées des quatre terres qui étaient chères à Joséphine Baker : sa ville natale de Saint-Louis aux États-Unis, Paris où elle connut la gloire jusqu’à sa mort au 13earrondissement le 12 avril 1975, le château des Milandes en Dordogne où elle installa sa tribu « arc-en-ciel » et Monaco où elle termina sa vie après avoir été dessaisie de son château par le fisc.

Comments


bottom of page