top of page
Search

Les auteurs des troubles ne sont pas marocains

Personne ne comprend la réaction des auteurs des émeutes en Belgique et aux Pays-Bas après la victoire de l’équipe marocaine au Mondial de Qatar. De vrais supporters auraient exprimé de la joie et non de la colère. Or, il s’avère, justement, que, sous leurs tenues aux couleurs du Maroc, ce ne sont pas des marocains qui sont à l’origine de ces comportements. Bien au contraire, les vrais supporters des Lions de l’Atlas, sont passés derrière les émeutiers pour nettoyer les rues.



Qui sont les vrais auteurs ? Quel intérêt avaient-ils à saccager des voitures et à générer le chaos ? Comment ces événements ont-ils été orchestrés ? Le coach des Lions de l’Atlas, Walid Regragui, ne pense pas que ce soient de vrais marocains qui sont à l’origine de ces émeutes. « Les marocains ont plus de respect. Dans notre culture, il faut respecter tout le monde », a-t-il dit dans sa conférence de presse de mercredi. Il ne croyait pas si bien dire. Une source du gouvernement marocain, détachée auprès des enquêteurs, a indiqué que parmi les manifestants appréhendés, plusieurs d’entre eux avaient des passeports algériens. Il pense qu’il s’agit d’une manipulation politique rondement menée par le Polisario, mouvement appuyé par le gouvernement algérien et qui a toujours contesté la légitimité du Sahara marocain. « Les auteurs étaient persuadés que l’équipe marocaine allait perdre le match contre la Belgique qui, par ses exploits antérieurs, était donnée largement favorite. Cette présumée défaite du Maroc offrait l’occasion de justifier des violences de supporters et de ternir, ainsi, l’image du Royaume. On ne pouvait rêver meilleure occasion que celle où les yeux du monde sont rivés sur un événement planétaire. D’ailleurs, les hostilités ont démarré bien avant la fin du match. Tenues et drapeaux marocains ont été fournis en nombre aux faux supporters pour les brandir sur les images diffusées sur les réseaux sociaux et réussir, ainsi, à manipuler l’opinion publique. ». Les premières investigations de la police ont toutefois relevé que, parmi les fauteurs de troubles appréhendés aussi bien en Belgique qu'en France, il y a plusieurs extrémistes qui ne sont ni marocains ni algériens. Depuis les événements initiés par les mouvements des "Gilets Jaunes" en France, on constate une montée de groupuscules de casseurs, souvent associés à des mouvements d'extrême droite, qui saisissent la moindre occasion pour créer le chaos et l'anarchie. Ce fait de société est souligné par des analystes comme un "besoin d'exister" pour une génération "en colère contre le système" car elle a l'impression d'être marginalisée, peu écoutée et qui trouve dans la violence le seul moyen pour exprimer sa colère.


Les auteurs non-marocains qui voulaient ternir l'image du Royaume étaient persuadés que l’équipe marocaine allait perdre le match contre la Belgique.

Ainsi, la victoire imprévue, et qui semblait improbable, de l'équipe marocaine face aux Diables Rouges, posait problème pour la crédibilité des concepteurs de ces événements de violence, mais il était trop tard pour faire marche arrière. C'est ainsi qu'il s'est produit ce qui s'est produit.


Les vrais supporters marocains se sont mobilisés pour nettoyer les rues belges



Pour donner suite aux événements relayés massivement sur les réseaux sociaux et dans les médias tombés dans le piège de cette manipulation, des supporters marocains se sont mobilisés au lendemain des émeutes qui ont éclaté à Bruxelles. Habillés de drapeaux marocains, ils ont organisé une séance de nettoyage dans les rues belges pour monter le vrai comportement de leurs compatriotes et contrecarrer les plans des détracteurs du Royaume. A Qatar, les supporters marocains donnent déjà l’exemple en ramassant les déchets dans les tribunes après chaque match disputé par leur équipe nationale. Cette action, initiée par des supporters japonais, a également été suivie par les supporters tunisiens lors des matchs disputés par leur équipe nationale en phase de poule.

Recent Posts

See All

C'est à Plumelin, dans le Morbihan, que la maison de retraite de Sainte-Famille a lancé sa radio et on peut dire que ça a dépote ! En effet, l'établissement a souhaité en ces temps de peur et d'anxiét

bottom of page